ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur JETREA® 0,5 mg/0,2 ml:Alcon Switzerland SA
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: ocriplasmine
Excipients: mannitol, acide citrique, hydroxyde de sodium (pour ajustement du pH), eau pour préparations injectables.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Solution à diluer injectable.
Solution claire et incolore.
Chaque flacon contient 0,5 mg d'ocriplasmine dans une solution de 0,2 ml (2.5mg/ml).

Indications/Possibilités d’emploi

JETREA est indiqué chez les adultes pour le traitement de la traction vitréo-maculaire (TVM), notamment lorsqu'elle est associée à un trou maculaire d'un diamètre inférieur ou égal à 400 microns

Posologie/Mode d’emploi

JETREA doit être préparé et administré par un ophtalmologiste qualifié, expérimenté dans les injections intravitréennes. Le diagnostic de traction vitréo-maculaire (TVM) doit comprendre un tableau clinique complet dont une anamnèse, un examen clinique et des explorations utilisant des outils de diagnostic actuels, tels que la tomographie par cohérence optique (TCO).
Posologie chez l'adulte y compris les patients âgés
La dose recommandée est de 0,125 mg (0,1 ml de solution diluée), administrée par injection intravitréenne dans l'oeil atteint une seule fois en dose unique. Chaque flacon ne doit être utilisé qu'une seule fois et pour le traitement d'un seul oeil. Le traitement avec JETREA dans l'autre oeil n'est pas recommandé immédiatement ou dans les 7 jours suivant l'injection initiale afin de contrôler le traitement après l'injection y compris le potentiel de baisse de vision de l'oeil injecté. L'administration répétée dans le même oeil n'est pas recommandée (voir « Mises en garde et précautions »).
Posologie chez l'enfant et l'adolescent
La sécurité et l'efficacité de JETREA chez l'enfant et l'adolescent avec traction vitréo-maculaire (TVM) n'ont pas encore été étudiées.
Posologie lors d'insuffisance hépatique ou rénale
Aucune étude formelle n'a été menée avec JETREA chez des patients insuffisants hépatiques ou rénales. Aucun ajustement de la posologie, ni aucune restriction particulière ne sont prévus pour les patients insuffisants hépatiques ou rénales (voir rubrique «Pharmacocinétique»).
Origine ethnique
L'expérience est limitée dans les groupes autres que le groupe des caucasiens.
Type d'application
Flacon à usage unique réservé à la voie intravitréenne.
Un traitement préopératoire par collyre antibiotique pourra être administré à la discrétion de l'ophtalmologiste.
Précautions à prendre avant la manipulation ou l'administration du médicament
La procédure d'injection intravitréenne doit être menée dans des conditions aseptiques contrôlées, qui comprennent l'usage d'une désinfection chirurgicale des mains, de gants stériles, d'un drap stérile, d'un spéculum oculaire stérile (ou équivalent) et de la mise à disposition de paracentèse stérile (si nécessaire). La peau péri-oculaire, la paupière et la surface oculaire doivent être désinfectées, une anesthésie adéquate doit être pratiquée et un antiseptique topique à large spectre administré juste avant l'injection.
Pour les instructions concernant la dilution du médicament avant administration, voir la rubrique « Remarques particulières ».
L'aiguille d'injection doit être insérée 3,5-4,0 mm en arrière du limbe en se dirigeant vers le centre de la cavité vitréenne et en évitant le méridien horizontal. Le volume d'injection de 0,1 ml est alors administré au sein du corps vitré.

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.
Infections oculaires ou périoculaires actives ou suspectées.

Mises en garde et précautions

Suivi après injection
JETREA est administré par injection intravitréenne uniquement. Lors d'injections intravitréennes une inflammation/infection intraoculaire, une hémorragie intraoculaire et une augmentation de la pression intraoculaire (PIO) peuvent se produire. Des techniques d'injection aseptiques adéquates doivent toujours être utilisées. Suite à l'injection intravitréenne, les patients doivent être surveillés pour tout effet indésirable, tel que l'inflammation/infection intraoculaire et l'augmentation de la PIO. Des augmentations transitoires de la PIO, notamment une cécité transitoire et la non-perfusion du nerf optique, ont été observées dans les 60 minutes suivant l'injection de JETREA. Le suivi des augmentations de la PIO peut inclure une vérification de la perfusion de la tête du nerf optique immédiatement après l'injection et une tonométrie dans les 30 minutes suivant l'injection. L'inflammation/infection intraoculaire peut être évaluée à l'aide d'une biomicroscopie pratiquée entre deux et sept jours après l'injection. Les patients doivent être informés que tout symptôme évocateur d'une inflammation/infection ou tout autre symptôme visuel ou oculaire doit être signalé sans délai. Si l'un des événements ci-dessus se produit, le patient doit être traité conformément aux pratiques médicales standard en vigueur.
Autres avertissements et précautions
La sécurité et l'efficacité de JETREA administré simultanément dans les deux yeux n'ont pas été étudiées. Par conséquent, un traitement bilatéral de façon simultanée n'est pas recommandé.
L'ocriplasmine (JETREA) est une protéine recombinée. Comme avec d'autres protéines utilisées de manière thérapeutique, un potentiel immunogène existe. L'immunogénicité n'a pas été étudié de façon systématique. En cas d'injections répétées, d'éventuels effets immunogènes ne peuvent donc pas être exclus. L'utilisation controlatéral du JETREA n'a pas été étudiée.
L'administration répétée de JETREA dans le même oeil n'a pas été étudiée de manière adéquate et elle n'est donc pas recommandée.
Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation concomitante d'ocriplasmine et d'inhibiteurs du VEGF.
JETREA n'a pas été étudié chez les patients présentant des trous maculaires de grand diamètre (>400 microns), une myopie élevée (correction sphérique >8 dioptries ou longueur axiale >28 mm), une aphakie, un antécédent de décollement rhegmatogène de la rétine, une instabilité zonulaire du cristallin, une chirurgie oculaire ou une injection intraoculaire récentes (notamment un traitement par laser), une rétinopathie diabétique proliférante, des rétinopathies ischémiques, des occlusions veineuses rétiniennes, une dégénérescence maculaire exsudative liée à l'âge (DMLA) et une hémorragie vitréenne. Chez ces patients, le traitement n'est pas recommandé.
Le potentiel d'une luxation du cristallin ou de phacodonésis ne peut pas être exclu (voir rubrique effets indésirables et données précliniques).
L'expérience chez les patients présentant une rétinopathie diabétique non proliférante ou des antécédents d'uvéite (y compris une inflammation active sévère) ou de traumatisme oculaire important est limitée. Il convient d'être prudent lors d'un traitement chez ces patients.
L'effet de l'ocriplasmine (en particulier dans la résolution de l'adhérence vitréo-maculaire et du décollement du corps vitré) est réduit chez les sujets présentant une membrane épirétinienne (MER) ou un diamètre de l'AVM >1500 microns (voir rubrique Propriétés/Effets).
En raison d'une éventuelle augmentation des forces de traction, il existe un risque de survenue de trous maculaires nouveaux ou élargis (voir rubrique effets indésirables).
Il existe un risque important de perte d'acuité visuelle durant la première semaine suivant l'injection, toutefois, celui-ci est dans la plupart des cas transitoire. La plupart de ces cas s'expliquent par la progression de la pathologie (traction persistante ou croissante) et certains d'entre eux ont dû recourir à la chirurgie (vitrectomie). Les patients doivent être surveillés de manière appropriée (voir rubrique effets indésirables).
Après l’administration de JETREA, les résultats d’examens ophtalmologiques peuvent présenter des anomalies. Ceci peut concerner les examens suivants: la tomographie par cohérence optique (TCO), l’ophtalmoscopie (reflet fovéolaire), le test de vision des couleurs 28 Hue de Roth et l’électrorétinogramme en champ total (ERG). Ceci doit être pris en compte lors de la réalisation de ces examens pour le diagnostic ou la surveillance d’autres pathologies (voir rubrique «Effets indésirables»).

Interactions

Aucune étude formelle d'interaction n'a été réalisée.
Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation concomitante d'ocriplasmine et d'inhibiteurs du VEGF.
L'ocriplasmine est une enzyme protéolytique avec une activité de sérine protéase qui peut persister dans l'oeil pendant plusieurs jours après l'injection intravitréenne (voir rubrique propriétés pharmacocinétiques). L'administration à court intervalle en association avec d'autres médicaments dans le même œil peut affecter l'activité des deux médicaments et n'est donc pas recommandée.
Aucune interaction systémique n'est attendue.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Il n'existe pas de données sur l'utilisation de JETREA chez la femme enceinte. Aucune étude toxicologique sur la reproduction n'a été réalisée. Il est attendu que l'exposition systémique à JETREA soit très faible après une injection intravitréenne. JETREA doit être utilisé pendant la grossesse, que si cela est absolument indispensable.
Allaitement
On ne sait pas si JETREA est excrété dans le lait maternel. JETREA doit être utilisé au cours de l'allaitement, que si cela est absolument indispensable.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

L'injection intravitréenne de JETREA peut entrainer des troubles visuels temporaires (voir rubrique « Effets indésirables »). Dans ces cas, les patients ne doivent ni conduire, ni utiliser des machines tant qu'ils n'ont pas récupéré une fonction visuelle suffisante.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité
Lors d’études cliniques interventionnelles, plus de 1400 patients ont été traités avec la dose recommandée de 0,125 mg de JETREA.
Tous les effets indésirables étaient oculaires. Dans 3 études cliniques comportant une période de suivi allant de 6 mois (TG-MV-006 et TG-MV-007) à 24 mois (TG-MV-014), les effets indésirables les plus fréquemment signalés étaient les corps flottants vitréens (17,4%), la douleur oculaire (11,9%), la photopsie (10,7%), la chromatopsie (11%), un rétinogramme anormal (11%) et un test de vision des couleurs anormal (30%), ainsi que l'hémorragie conjonctivale (16,0%) résultant de la procédure d'injection. La plupart des effets indésirables se sont produits la première semaine après l'injection. La majorité de ces effets étaient non graves, d'intensité légère à modérée et se sont résolus dans les deux à trois semaines. Les informations concernant la résolution d’événements spécifiques tels que la chromatopsie et les modifications de l’ERG sont fournis dans le paragraphe correspondant dans la rubrique «Description de certains effets indésirables».
L'incidence des effets indésirables graves survenus dans les études cliniques était de 2,2% pour les patients traités avec JETREA et 2,4% pour les patients témoins.
Il est possible de voir apparaître des symptômes visuels bilatéraux ou controlatéraux.
Tableau des effets indésirables
Le tableau suivant récapitule les effets indésirables qui ont été rapportés durant les études cliniques et/ou après la mise sur le marché. Les effets indésirables avec une possibilité réelle de lien de causalité avec la procédure d'injection ou JETREA sont listés ci-dessous selon la terminologie MedDRA par classe de systèmes d'organes et par fréquence, selon les règles suivantes: «très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (<1/10, ≥1/100), «occasionnels» (<1/100, ≥1/1,000), «rares» (<1/1000, ≥1/10000), «très rares» (<1/10000) ou «non connu» (ne peut être estimée sur la base des données disponibles). Parmi chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont classés par ordre d'importance décroissante.
Affections oculaires:
Très fréquents: Corps flottants vitréens, douleur oculaire, hémorragie conjonctivale, chromatopsie*, rétinogramme anormal, test de vision des couleurs anormal (utilisation du test de vision des couleurs 28 Hue de Roth; voir également le chapitre «Mises en garde et précautions»).
Fréquents: Acuité visuelle réduite*, altération de la vision dont une vision plus obscure que la normale (vision obscurcie), atteinte du champ visuel dont scotome, vision trouble, hémorragie rétinienne, hémorragie vitréenne, trou maculaire*, dégénérescence maculaire, dégénérescence rétinienne, œdème maculaire dont œdème maculaire cystoïde, œdème rétinien dont liquide sous-rétinien, épithéliopathie pigmentaire rétinienne, métamorphopsie, œdème conjonctival, œdème de la paupière, inflammation du vitré, cellules dans la chambre antérieure, inflammation de l'iris, photopsie, hyperhémie conjonctivale, hyperhémie oculaire, décollement vitréen, irritation de l'œil, œil sec, sensation de corps étranger dans l'œil, prurit oculaire, gêne oculaire, photophobie, augmentation de la sécrétion lacrymale, pression intraoculaire plus élevée, reflet maculaire anormal, tomographie par cohérence optique anormale (TCO)*.
Occasionnels: Cécité transitoire, subluxation du cristallin*, déchirure rétinienne* (apparition avant une vitrectomie), décollement de la rétine* (apparition avant une vitrectomie), cécité nocturne, réflexe pupillaire altéré, diplopie, hyphéma, myosis, anisocorie, abrasion de la cornée, inflammation de la chambre antérieure, inflammation oculaire, irritation conjonctivale.
*voir rubrique «Description de certains effets indésirables»
Description de certains effets indésirables
Baisse de l’acuité visuelle
Dans les études pivot contrôlées de phase III contre placebo (TG-MV-006 et TG-MV-007), chez 7,7% des patients sous JETREA et 1,6% des patients recevant un placebo, une baisse aigüe de la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) ≥2 lignes (≥10 lettres ETDRS) a été observée au cours de la première semaine suivant l'injection, sans autre explication à ce changement. La baisse de l’acuité visuelle s’était résolue à la fin des études pour la plupart des personnes traitées par JETREA (80,6%), mais certains patients n’avaient pas récupéré malgré une vitrectomie. Le délai moyen de résolution était de 22 jours. Dans l’étude TG-MV-014, une baisse aiguë de l’acuité visuelle de ≥ 2 lignes lors de l’évaluation de la MAVC est survenue chez 2,8% des patients traités par JETREA et 1,4% des patients du groupe de contrôle avec injection simulée au cours de la première semaine suivant l’injection. Sur les 4 patients sous JETREA présentant une baisse aiguë de l’acuité visuelle, 3 ont récupéré après la vitrectomie. Voir rubrique «Mises en garde et précautions» pour les recommandations de surveillance.
Chromatopsie (dont dyschromatopsie et test de vision des couleurs anormal)
Des altérations de la vision des couleurs (dont une vision jaunâtre et un test de vision des couleurs 28 Hue de Roth anormal) ont été signalées comme un effet indésirable très fréquent chez des patients ayant reçu une injection de JETREA. La majorité des événements étaient non graves, d'intensité légère et se sont généralement résolus spontanément. Le délai médian de résolution était de trois mois.
Rétinogramme anormal
Des modifications des enregistrements électrorétinographiques (ERG) (diminution de l'amplitude des ondes a et b) ont été signalées comme effet indésirable très fréquent chez des patients ayant reçu une injection de JETREA; dans la majorité des cas, des troubles visuels et une chromatopsie ont également été rapportés. Dans l’étude TG-MV-014, un sous-groupe de 40 patients ayant reçu JETREA ont systématiquement fait l’objet d’examens ERG. Les modifications de l’ERG qui s’étaient développées chez 16 des 40 patients se sont résolues chez la plupart d’entre eux (chez 13 patients sur 16). Le délai médian de résolution était de six mois. Les modifications de l'ERG n'étaient pas prédictives de résultats négatifs en termes d'acuité visuelle.
Déchirures et décollement de la rétine
Dans les études pivot contrôlées de phase III contre placebo (TG-MV-006 et TG-MV-007), des déchirures et décollements de la rétine ont été signalés chez 1,9% des patients ayant reçu une injection de JETREA contre 4,3% ayant reçu une injection de placebo. Dans les deux groupes, la plupart de ces événements se sont produits pendant ou après la vitrectomie. L'incidence des décollements rétiniens s'étant produits avant la vitrectomie était de 0,4% dans le groupe de JETREA et 0% dans le groupe placebo, tandis que l'incidence des déchirures rétiniennes (sans décollement) qui se sont produites avant la vitrectomie était de 0,2% dans le groupe de JETREA et de 0,5% dans le groupe placebo.
Dans l’étude TG-MV-014, une déchirure rétinienne a été signalée chez 1,4% des patients ayant reçu une injection de JETREA et chez 6,8% des patients ayant reçu une injection simulée. L’incidence d’un décollement rétinien était de 1,4% dans les deux bras de l’étude. Dans le groupe d’injection simulée, aucun événement ne s’est produit avant la vitrectomie. Dans le groupe JETREA, 1 patient (0,7%) a présenté une déchirure rétinienne et un décollement de la rétine entre le jour 0 et le jour 7 suivant l’injection.
Trou maculaire
Dans les études pivot de phase III contrôlées contre placebo (TG-MV-006 et TG-MV-007), un trou maculaire (incluant progression et apparition) est apparu chez 6,7% des patients ayant reçu une injection de JETREA contre 9,6% des patients sous placebo au mois 6.
Dans l’étude TG-MV-014, un trou maculaire (incluant progression et apparition) est apparu chez 15,8% des patients ayant reçu une injection de JETREA contre 13,5% des patients ayant reçu une injection simulée au mois 24.
Des taux plus élevés de progression précoce de trou maculaire de pleine épaisseur (jusqu’au jour 7 après l’injection) au niveau de l’EPR (épithélium pigmentaire de la rétine) ont été observés chez les patients traités par JETREA comparé aux patients ayant reçu une injection simulée ou un placebo. Cependant, les taux de progression après le mois 6 étaient plus élevés chez les patients ayant reçu une injection simulée ou un placebo que chez les patients traités par JETREA. Toute persistance ou progression de trou maculaire doit être traitée conformément aux pratiques habituelles.
Subluxation du cristallin/phacodonésis
Un cas de subluxation du cristallin/phacodonésis s'est produit dans des études cliniques chez des adultes et semble être probablement lié au traitement de JETREA. Dans une étude clinique pédiatrique évaluant JETREA comme adjuvant à la vitrectomie, un cas de subluxation est survenu chez un nourrisson prématuré qui avait reçu une injection intravitréenne unique de JETREA à 0,175 mg. Une subluxation du cristallin a été observée chez trois espèces animales à des concentrations d'ocriplasmine supérieures à la concentration clinique prévue dans l'AMM (voir rubrique «Données précliniques»).
Selon l'activité protéolytique de l'ocriplasmine, les résultats précliniques et cliniques, le potentiel de subluxation du cristallin ou de phacodonésis ne peut être exclu. Si cet événement se produit, il doit être traité conformément aux pratiques médicales standard.
Tomographie par cohérence optique anormale
Dans l’étude TG-MV-014, une couche Segment Interne/Segment Externe (Inner Segment/Outer Segment band, IS/OS), également appelée « zone ellipsoïde », incomplète dans la zone centrale était très fréquente au début de l’étude (chez 65,8% dans le groupe JETREA et 62,2% dans le groupe avec injection simulée). Toutefois, après le traitement, une proportion plus élevée de patients du groupe JETREA est passée d’une couche IS/OS intacte au début de l’étude à une couche IS/OS incomplète dans la zone centrale par la suite, comparée au groupe avec injection simulée (7,7% et 2,8%, respectivement, au jour 28). Au-delà de la zone centrale, des aspects anormaux de la couche IS/OS attribués à JETREA ont été décrits chez près de 10% des patients. Chez 45 patients sur 46, ceux-ci s’étaient normalisés au mois 6, ce pourcentage correspondant aux résultats des valeurs de départ.
Des ruptures de la zone ellipsoïde à l’intérieur et à l’extérieur de la zone centrale ont été rapportées dans des études non interventionnelles et après la mise sur le marché. Dans la majorité des cas, le problème s’est résolu en 6 mois. Du liquide sous-rétinien ainsi que des signes et symptômes d’altération de la fonction photoréceptrice, dont une baisse de l’acuité visuelle (sévère dans certains cas), ont été signalés en association avec ces événements.
Voir rubrique «Mises en garde et précautions» pour les recommandations relatives au suivi.
Une surveillance de routine est recommandée dans toutes les situations citées ci-dessus.

Surdosage

Les données cliniques sur les effets du surdosage de JETREA sont limitées. Un cas de surdosage accidentel de 0,250 mg d'ocriplasmine (deux fois la dose recommandée) a été signalé. Le patient a présenté une baisse de la MAVC de 21 lettres ETDRS par rapport à la référence, qui est revenue à 9 lettres de la référence à la fin de l'étude. Le patient a également développé une légère hyperhémie conjonctivale, une inflammation oculaire et un myosis, qui se sont résolus après un traitement à base de corticostéroïdes en collyre.
En cas de surdosage, il est recommandé de mettre en place une surveillance étroite. Si un effet indésirable se produit, il doit être traité conformément aux pratiques médicales standards.

Propriétés/Effets

Code ATC S01XA22
Mécanisme d'action
L'ocriplasmine a une activité protéolytique contre les composants protéiques du corps vitré et de l'interface vitréo-rétinienne (IVR) (par ex., laminine, fibronectine et collagène), et vise à dissoudre la matrice protéique responsable de l'adhérence vitréo-maculaire anormale (AVM). L'étroite liaison des composants protéiques au sein de la zone maculaire de l'IVR contribue à la traction vitréo-maculaire (TVM), entraînant l'altération visuelle ou les trous maculaires.
Efficacité et sécurité clinique
L’efficacité et la sécurité clinique de JETREA pour le traitement de la traction vitréo-maculaire (TVM) ont été évaluées dans le cadre de 3 études menées en double aveugle.
Études TG-MV-006 et TG-MV-007
L'efficacité de JETREA a été démontrée dans deux études pivot multicentriques, randomisées, en double aveugle, contrôlées contre placebo, d'une durée de six mois chez des patients présentant une TVM. Au total, 652 patients (JETREA 464, placebo 188) ont été randomisés dans ces deux études. La randomisation a eu lieu dans un rapport 2:1 (JETREA:placebo) dans l’étude TG-MV-006 et 3:1 dans l’étude TG-MV-007. Les patients ont été traités par une injection unique de JETREA ou de placebo.
Dans les deux études pivot, la proportion de patients ayant obtenu une résolution de l'AVM au jour 28 (le critère principal) a été significativement (p ≤0,003) plus élevée dans le groupe de JETREA comparativement au groupe du placebo. La différence a continué d'être statistiquement significative jusqu'au mois 6 dans chaque étude (p ≤0,024). Les différences des résultats des critères secondaires décrits ci-dessous étaient statistiquement significatives, mais uniquement pour l'évaluation des données groupées des deux études. Dans les deux études, aucun critère secondaire n'a atteint la significativité statistique en même temps.
D'après les données groupées des deux études, 26,5% des patients dans le groupe de JETREA comparativement à 10,1% des patients dans le groupe du placebo, ont obtenu une résolution de l'AVM au jour 28 (p <0,001). La différence statistique s'est maintenue du jour 7 au mois 6.
Les patients ne présentant pas de MER au départ étaient plus susceptibles d'obtenir une résolution de l'AVM au jour 28 par rapport à ceux présentant une MER au départ. D'après les données groupées, le niveau de résolution de l'AVM au jour 28 était plus élevé chez les patients traités avec JETREA comparé au placebo dans les deux sous-groupes sans MER (37,4% contre 14,3%, p>0,001) et avec MER (8,7% contre 1,5%, p=0,046).
Les patients présentant un diamètre ≤1500 microns au départ étaient plus susceptibles d'obtenir une résolution de l'AVM au jour 28 par rapport à ceux présentant un diamètre >1500 microns. D'après les données groupées, le niveau de résolution de l'AVM au jour 28 était plus élevé chez les patients traités avec JETREA comparé au placebo dans les deux sous-groupes avec une AVM ≤1500 microns au départ (34,7% contre 14,6%, p<0,001) et avec une AVM >1500 microns au départ (5,9% contre 0%, p=0,113).
D'après les données groupées, 106/464 et 47/188 patients dans les groupes de JETREA (22,8%) et du placebo (25%), respectivement, présentaient un trou maculaire de pleine épaisseur en référence. Parmi eux, la proportion de patients ayant obtenu la fermeture du trou maculaire de pleine épaisseur sans vitrectomie au jour 28 était plus élevée dans le groupe de JETREA que dans le groupe du placebo (40,6% contre 10,6%, respectivement; p <0,001). Cette différence est restée significative jusqu'à la fin de l'étude (mois 6).
Un pourcentage significativement plus élevé de patients traités avec JETREA a présenté un décollement postérieur du vitré total (DPV) au jour 28 comparativement aux patients traités par placebo (données intégrées: 13,4% contre 3,7%, respectivement; p <0,001).
Au cours des études, la vitrectomie pouvait être effectuée à la discrétion de l'Investigateur. Les patients traités par JETREA étaient moins susceptibles d'avoir eu une vitrectomie à la fin de l'étude (mois 6) comparativement aux patients traités par placebo (données groupées: 17,7% contre 26,6%, respectivement; p = 0,016).
Une proportion plus élevée de patients traités par JETREA a gagné ≥2 ou ≥3 lignes lors de l'évaluation de la MAVC (indépendamment de la vitrectomie) au mois 6 (28,0% et 12,3%, respectivement) comparativement aux patients traités par placebo (17,1% et 6,4%) (p = 0,003 et p = 0,024, respectivement). Aussi la proportion de patients gagnant ≥2 ou ≥3 lignes lors de l'évaluation de la MAVC sans vitrectomie favorisait JETREA au mois 6 (23,7% contre 11,2%, p<0,001 pour un gain ≥2 lignes et 9,7% contre 3,7%, p=0,008 pour un gain ≥3 lignes).
Étude TG-MV-014
L’efficacité de JETREA a été en outre confirmée dans une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée contre injection simulée, d’une durée de 24 mois chez des patients présentant une TVM, finalisée après l’approbation initiale de l’autorisation de mise sur le marché. Au total, 220 patients (146 sous JETREA, 74 avec injection simulée) ont été randomisés dans cette étude.
La proportion de patients chez qui l'adhérence vitréo-maculaire (AVM) s’est résolue au jour 28 (critère d’évaluation principal) était de 41,7% dans le groupe JETREA contre 6,2% dans le groupe avec injection simulée (p ˂ 0,001). Cet effet s’est maintenu dans le temps et le taux de résolution de l’AVM était systématiquement plus élevé à chaque visite de l’étude après l’injection dans le groupe JETREA que dans le groupe avec injection simulée.
Au début de cette étude, un TMPE (trou maculaire de pleine épaisseur) était présent chez 50/145 (34,5%) et 26/73 (35,6) patients dans les groupes JETREA et injection simulée, respectivement. Parmi eux, 30% des patients traités par JETREA et 15,4% des patients du groupe avec injection simulée ont présenté une fermeture non chirurgicale du TMPE au mois 24. Ceci a déjà été le cas pour tous les patients au mois 3.
La proportion des patients ayant eu recours à une vitrectomie était plus faible dans le groupe JETREA que dans le groupe avec injection simulée lors de toutes les visites de l’étude. Au mois 24, le rapport était de 48/145 (33,3%) et 32/73 (43%), respectivement. La cause la plus fréquente de recours à une vitrectomie était un TMPE (chez 24,8% des patients sous JETREA et chez 23,3% des patients du groupe avec injection simulée). La proportion de patients ayant eu recours à une vitrectomie pour une AVM/TVM était de 8,3% dans le groupe JETREA contre 19,2% dans le groupe avec injection simulée.
La proportion de patients ayant présenté une amélioration de ≥ 2 ou ≥ 3 lignes lors de l’évaluation de la MAVC au mois 6, indépendamment d’une vitrectomie, était légèrement supérieure dans le groupe JETREA (36,2%, 18,6%) que dans le groupe avec injection simulée (28,6%, 13,1%). Au mois 24, la proportion de patients avec une amélioration de ≥ 2 lignes par rapport au début de l’étude lors de l’évaluation de la MAVC était plus importante dans le groupe JETREA que dans le groupe avec injection simulée (50,5% contre 39,1%). La proportion de patients avec une amélioration de ≥ 3 lignes par rapport au début de l’étude était uniquement supérieure dans le sous-groupe JETREA (23,4% contre 12,8%) ne présentant pas de TMPE au début de l’étude. L’amélioration de ≥ 2 ou ≥ 3 lignes au mois 6 lors de l’évaluation de la MAVC sans vitrectomie montre un résultat plus favorable pour JETREA comparé aux contrôles (26,8% et 14,0% respectivement contre 15,62% et 6,2% respectivement), il en est de même au mois 24 (31,9% et 16,8% respectivement contre 11,7% et 4,1% respectivement).

Pharmacocinétique

Les taux d'ocriplasmine dans le vitré diminuent rapidement après l'administration intravitréenne. Dans une étude clinique chez des patients devant subir une vitrectomie et recevant 0,125 mg de JETREA (correspondant à une concentration initiale théorique de 29 μg/ml dans le vitré), l'activité moyenne de l'ocriplasmine était de 9% de la concentration initiale théorique 2 à 4 heures après l'injection et en dessous du taux le plus faible de quantification au bout de 7 jours.
En raison de la petite dose administrée (0,125 mg), il n'est pas attendu que les taux d'ocriplasmine soient détectables dans la circulation systémique après une injection intravitréenne.
Lorsqu'elle est administrée par voie intraveineuse, l'ocriplasmine entre dans la voie du catabolisme des protéines endogènes dans laquelle elle est rapidement inactivée par ses interactions avec des inhibiteurs de la protéase α2-antiplasmine ou α2macroglobuline. Le complexe inactif d'ocriplasmine/ α2-antiplasmine est éliminé de la circulation avec une demi-vie (t1/2) de plusieurs heures.
Insuffisance rénale ou hépatique
Aucune étude n'a été menée pour examiner la pharmacocinétique de l'ocriplasmine chez des patients insuffisants rénaux ou hépatiques étant donné qu'il est attendu que l'exposition systémique soit très faible après une administration intravitréenne.

Données précliniques

La toxicité intravitréenne de l'ocriplasmine a été évaluée chez le lapin, le singe et le mini porc. L'ocriplasmine a induit une réponse inflammatoire et des changements transitoires de l'ERG chez le lapin et le singe, alors qu'aucune inflammation ou aucun changement de l'ERG n'ont été observés chez le mini porc. Chez le lapin et le singe, l'incidence d'infiltrations de cellules vitréennes a eu tendance à se résorber dans le temps. Chez le singe, après l'administration de 125 μg/oeil (68 μg/ml dans le vitré), l'enregistrement de l'ERG est redevenu normal au jour 55. Une subluxation du cristallin a été observée chez les trois espèces à des concentrations d'ocriplasmine supérieures ou égales à 41 μg/ml dans le vitré, soit à une concentration supérieure à celle cliniquement attendue de 29 μg/ml. Cet effet semble être lié à la taille relative de l'œil de l'animal. Il est apparu plus souvent chez les yeux de petite taille et a été observé chez tous les animaux ayant reçu plus d'une fois de l'ocriplasmine. Des changements pathologiques liés à l'hémorragie intraoculaire ont été observés chez le lapin et le singe. On ignore encore si cette hémorragie est liée à la procédure d'injection elle-même ou à l'administration d'ocriplasmine. Aucune toxicité systémique n'a été observée après l'administration intravitréenne d'ocriplasmine.
La toxicité systémique d'ocriplasmine a été évaluée chez le rat et le chien. L'administration intraveineuse de 10 mg/kg a été généralement bien tolérée chez le rat et chez le chien après administration d'une dose unique ou d'une dose répétée.
Aucune donnée de cancérogenèse, de mutagenèse ou de toxicité sur la reproduction ou le développement, n'est disponible.

Remarques particulières

Incompatibilités
En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception d'une solution injectable stérile de chlorure de sodium 9 mg/ml (0,9%), sans conservateur, non tamponnée.
Stabilité
Ce médicament doit être utilisé seulement jusqu'à la date étiquetée avec «EXP» sur l'emballage.
Après dilution:
Du point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement.
Le flacon et tout résidu inutilisé de la solution diluée doivent être jetés après une utilisation unique.
Remarques concernant le stockage
A conserver au congélateur (-20 °C ± 5 °C). Si le produit est exposé à des températures plus élevées durant l'entreposage, le flacon doit être jeté.
Remarques concernant la manipulation
Les flacons sont réservés à un usage unique.
Pour la préparation de JETREA pour administration intravitréenne, respectez les instructions
suivantes:
1.Retirez le flacon du congélateur et laissez décongeler à température ambiante (cela prend environ deux minutes).
2.Une fois entièrement décongelé, retirez le capuchon de protection amovible en polypropylène du flacon.
3.Désinfectez le haut du flacon à l'aide d'une lingette imbibée d'alcool.
4.À l'aide d'une technique aseptique, diluez en ajoutant 0,2 ml d'une solution injectable de chlorure de sodium 9 mg/ml (0,9%) (stérile, sans conservateur, non tamponnée) dans le flacon de JETREA et remuez délicatement le flacon jusqu'à ce que les solutions soient mélangées. Le diluant doit être prélevé à partir d'un récipient non ouvert qui ne doit être utilisé qu'une fois. Le reste de la solution injectable de chlorure de sodium 9 mg/ml (0,9%) doit être jeté. La solution diluée doit être utilisée immédiatement car elle ne contient aucun conservateur.
5.Inspectez visuellement le flacon pour déceler toute particule de matière. Seule une solution claire, incolore, et sans particule visible doit être utilisée.
6.À l'aide d'une technique aseptique, prélevez la solution diluée en utilisant une aiguille stérile appropriée (inclinez légèrement le flacon pour faciliter le retrait) et jetez l'aiguille après avoir prélevé le contenu du flacon. N'utilisez pas cette aiguille pour l'injection intravitréenne.
7.Remplacez l'aiguille par une aiguille stérile appropriée, retirez soigneusement l'air de la seringue et ajustez la dose jusqu'à la marque 0,1 ml sur la seringue (correspondant à 0,125 mg d'ocriplasmine).
8.Injectez 0,1 ml de solution diluée immédiatement dans le milieu du corps vitré, car elle ne contient pas de conservateurs.
9.Jetez le flacon et toute portion inutilisée de la solution diluée après une utilisation unique.
Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Numéro d’autorisation

63'053 (Swissmedic)

Présentation

Solution de 0,2 ml dans un flacon.
Emballage de 1 x 0,2 ml [B]

Titulaire de l’autorisation

Alcon Switzerland SA, Risch

Mise à jour de l’information

Janvier 2018

2019 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home